“Mon art exprime la face cachée de la SAPE, notamment par mon graphisme puéril et innocent, comme si la Sape était un jeu d’enfants auquel se livrent les sapeurs. Ces derniers étant capables des pires extrémités lors de leurs « hostilités » vestimentaires ou passent 99,99 % de leurs revenus ! La sape est au cœur de la vie des jeunes gens de mon quartier à Kinshasa, et en tant que phénomène de société, la Sape influence considérablement la jeunesse kinoise. Raison pour laquelle je me suis mis à la peindre. Ainsi, ma peinture est une fresque brossée, non sans une pointe de cynisme de la société kinoise contemporaine”
», explique Dolet Malalu le peintre congolais vivant à Kinshasa .

 

De Brazzaville à Kinshasa en passant par Paris, la
sapologie est un mouvement d’identité vestimentaire qui détourne et réinvente les codes de la mode. Il serait réducteur de définir ce courant comme une simple filiation du dandysme réinterprété par de jeunes Congolais qui s’habillent avec un luxe ostentatoire: il faut connaître les harmonies, savoir marier les couleurs

Vous êtes intéressé?

    Articles liés